Florence – En quoi êtes-vous différente?

  • Qui d’autre a donné son nom à un syndrome?

Le syndrome de Stendhal, autrement appelé Syndrome de Florence (identifié seulement en 1979), est une « maladie psychosomatique qui provoque des accélérations du rythme cardiaque, des vertiges, des suffocations voire des hallucinations chez certains individus exposés à une surcharge d’œuvres d’art » (Wikipedia). Stendhal aurait vécu ces troubles lors de son séjour à Florence en 1817. Qui peut se vanter d’avoir un syndrome à son nom ? Et ne me parlez pas de Stockholm qui n’a pas de quoi se vanter de son syndrome…

  • Qui d’autre a construit un couloir au-dessus d’un pont pour aller de chez lui à son boulot ?

Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Attardez-vous sur la construction du Ponte Vecchio et vous comprendrez pourquoi il est si spécial… Au XVIè siècle, Côme Ier de Médicis y fit construire un couloir au-dessus des échoppes afin de se rendre de ses « bureaux » (aujourd’hui la Galerie des Offices) à sa « maison » (le Palazzo Pitti), sans se mêler à la foule. C’est aussi parce que les odeurs importunaient ce cher Côme que les boucheries et autres poissonniers disparurent du Ponte Vecchio pour laisser place aux bijoutiers et orfèvres… nettement moins odorants.

  • Qui peut s’enorgueillir d’avoir donné son nom à un continent ?

Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis à l’origine de la découverte de l’Amérique mais vous conviendrez que ce n’est pas passé très loin. Amerigo Vespucci, notre navigateur et commerçant du XVè siècle qui travaillait au service des Médicis, a tout de même donné son nom au continent américain.

  • Qui peut se vanter d’une telle concentration de génies et de chefs d’œuvre ?

Vous admettrez que peu de villes ont engendré autant de génies comme Michel-Ange, Machiavel, Giotto, Brunelleschi ou Botticelli. Les Médicis n’y sont pas pour rien. Peu de sculpteurs auraient pu sculpter un bloc de marbre blanc de Carrare de 5 mètres de hauteur pour en faire naître le David, deuxième roi d’Israël, une fronde à la main avant son combat contre Goliath. Peu d’architectes auraient pu, sans échafaudage, édifier le dôme de la cathédrale Santa Maria di Fiore.

Le David de Michel-Ange, l'un des insolites de Florence

  • Qui d’autre a autant contribué à l’acceptation de l’homosexualité ?

Certes, je risque de me mettre à dos tous les homophobes de la Terre. Mais tant pis ! L’homosexualité renaît en effet à la Renaissance avec des artistes florentins comme Michel-Ange, mais pas uniquement.

Les exemples sont légions entre le XIVè et XVIè siècles d’artistes homosexuels nés ou ayant vécu et prospéré à Florence. Michel-Ange glorifia dans ses œuvres la beauté du corps masculin, correspondant clairement à ses orientations sexuelles, même si ses orientations sexuelles ont été tues de son vivant. Le David, devenu icône gay, en est l’exemple le plus criant, mais d’autres œuvres comme l’Esclave Mourant en sont tout autant. Son homosexualité, cachée à l’époque, ne fait aujourd’hui plus de mystère.

Avant lui, le sculpteur florentin Donatello (1386-1466) faisait de ses modèles ses amants. Boticelli (1445-1510) et Leonard de Vinci (1452-1519) étaient probablement également homosexuels.

Florence - Que mange-t-on chez vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *